À la messe se laisser transformer

L’eucharistie et la vierge Marie

 

En Marie très sainte nous voyons aussi parfaitement actualisée la modalité sacramentelle par laquelle Dieu rejoint et engage la créature humaine dans son initiative salvifique. De l’Annonciation à la Pentecôte, Marie de Nazareth apparaît comme la personne dont la liberté est totalement disponible à la volonté de Dieu. Son Immaculée Conception se révèle précisément dans sa docilité inconditionnelle à la Parole divine. La foi obéissante est la forme que sa vie assume en chaque instant devant l’action de Dieu. Vierge à l’écoute, elle vit en pleine [harmonie] avec la volonté divine ; elle garde dans son cœur les paroles qui lui viennent de Dieu et, les ordonnant comme dans une mosaïque, elle se prépare à les comprendre plus profondément (cf. Lc 2, 19-51) ; Marie est la grande Croyante qui, pleine de confiance, se met entre les mains de Dieu, s’abandonnant à sa volonté. […] elle se tint debout (cf. Jn 19, 25), compatissant vivement avec son Fils unique, s’associant d’un cœur maternel à son sacrifice et donnant le consentement de son amour à l’immolation de la victime née d’elle ; et finalement, elle a été donnée par le Christ Jésus lui-même, mourant sur la croix, comme mère au disciple, par ces paroles : « Femme, voici ton fils. » De l’Annonciation à la Croix, Marie est celle qui accueille la Parole faite chair en elle et qui va jusqu’à se taire dans le silence de la mort. C’est elle, enfin, qui reçoit dans ses bras le corps livré, désormais inanimé, de Celui qui a vraiment aimé les siens « jusqu’au bout » (Jn 13, 1).

 

Benoît XVI, exhortation apostolique Sacramentum Caritatis, n° 33

Méditer

Qu’est-ce qui me frappe le plus dans cet enseignement ? Quel est le point que j’ai envie de retenir : me laisser transformer, être accueilli dans le corps du Christ, dire un oui profond et complet à l’action du Seigneur en moi ? 

Des formations portées par

Ils nous accompagnent et nous soutiennent